AddThis Social Bookmark Button

 Sorif Travel: 9e condamnation en justice en deux ans 

serveimage.jpeg

Pour la 9e fois en deux ans, Sorif Travel se fait condamner en justice en avril dernier. La cause: l'agence a vendu des voyages pour le Hajj en 2015 alors que son quota de visa était épuisé. Une dame âgée qui attendait ce jour depuis tant d'années a donc vu son rêve anéanti par cette agence.

Le fils de la victime, un homme âgé d'une trentaine d'années, sans emploi, avait alors refusé une offre de formation qu'il attendait depuis de longues années pour accompagner sa maman lors de son voyage. Il n'y aura finalement eu ni formation, ni voyage.

Non satisfait d'avoir détruit le rêve de cette famille, l'agence met plusieurs mois à les rembourser. Pour ce faire, le fils de la victime aura du faire plusieurs aller-retour en train, des trajets durant plus d'une heure chacun. Ce n'est qu'une fois que le fils est resté dans l'agence à hurler, jurant qu'il ne quitterait pas l'agence tant qu'il ne recevrait pas son argent, que le responsable de l'agence a fini par céder et lui a rendu son dû.

Toujours pas conscient de la gravité de la situation, non seulement l'agence ne propose aucune indemnité à la victime, comme il est pourtant prévu par la loi, mais il s'autorise de surcroit à lui retenir 80 euros de frais administratifs !

Dès lors, une fois remboursé, la victime a eu le bon sens de porter l'affaire devant la Commission Litiges Voyages (CLV) et réclamer des indemnités pour le préjudice subit. 

Après avoir pris contact avec l'asbl ADP-SOSpelerin, la victime a déposé son dossier devant la CLV et a obtenu une audience en avril dernier. Un de nos membres s'est alors rendu à l'audience pour assurer la défense de cette victime.

C'est ainsi que le 29 avril 2016, le collège arbitral de la CLV a condamné Sorif Travel à verser une indemnité de plus de 2000 euros à la victime. 

Cette affaire devrait, nous l'espérons, encourager les très nombreuses victimes qui chaque année connaissent le même sort, aussi bien de la part de Sorif Travel que d'autres agences. Nous recevons en effet chaque année de nombreuses plaintes mais les victimes ne font malheureusement que très rarement le pas pour défendre leurs droits en justice. La procédure devant la CLV ne coûtent pourtant presque rien et est très rapide. C'est ce manque de réaction des victimes qui conduit les agences à se croire tout permis. Si les pèlerins ne prennent pas leurs responsabilités pour stopper ces agissements, les agences peu scrupuleuses ne sont gêneront pas de continuer à les traiter comme des vaches à lait.