AddThis Social Bookmark Button

condamne sorif

Sorif Travel: nouvelle condamnation en justice. La victime soutenue par SOSpelerin.

Peu de temps après sa condamnation en avril dernier, Sorif Travel, multirécidiviste, a une nouvelle fois subi les foudres de la justice. 

Cette fois-ci, il s'agissait d'un litige qui l'opposait à une famille qui a effectué une Omra en avril 2014. 

Une fois n'est pas coutume, Sorif Travel a manqué à ses engagements. Il avait promis à la famille de pèlerins l'hôtel Hilton, cinq étoiles. En lieu et place de cet hôtel, ils se sont retrouvés dans un immeuble misérable qui n'est à la base même pas prévu pour le logement. Hygiène déplorable, aucun guide sur place pour les accompagner et encore moins pour les sortir de cette situation, et bien d'autres problèmes encore.

Après maints coups de téléphone, plaintes, coups de colère, le responsable de Sorif Travel, qui pendant 18 heures jouait aux schizophrène en niant complètement le problème, a fini par les loger dans un hôtel plutôt convenable. Sauf que... ils étaient censés loger dans une chambre de 4 personnes, ils se sont retrouvés dans une chambre étroite tassés comme des sardines. Fatigués par ces inteminables querelles avec l'agence, ils se sont résignés à rester dans cette chambre. 

A leur retour, les pèlerins ont pris soin de garder les photos et preuves écrites, ont pris contact avec SOSpelerin et ont entamé une plainte contre l'agence. 

La Commission Litiges Voyages qui a jugé cette affaire, a reconnu explicitement qu'il y a eu "tromperie" du chef de Sorif Travel vis-à-vis de ses clients. 

Résultat: Sorif Travel est condamné à verser la somme de 3300 euros à la famille en question. 

Nous espérons que cette condamnation, ainsi que les suivantes, seront perçues comme un signal clair envoyé aux agences de Hajj et Omra pour qu'elles respectent leurs engagements vis-à-vis de leurs clients et qu'elles leur marquent un minimum de respect.

Nous espérons également que cela soit reçu par les pèlerins comme un encouragement à ne plus se taire, à ne plus autoriser qu'on les méprise à ce point. Certes l'islam invite au pardon, mais il invite aussi et surtout à faire passer l'intérêt général, l'intérêt du plus grand nombre, sur l'intérêt individuel. Ce n'est donc pas une solution que de pardonner égoïstement aux agences leurs méfaits et leur permettre de recommencer chaque année à arnaquer les pèlerins en toute impunité. 

Fécilitations à cette famille pour sa ténacité et son sens des responsabilités. 

D'autres exemples suivront, inchaAllah.