AddThis Social Bookmark Button

 

escroquerie imamsQuand des imams participent à l'arnaque au Hajj

Cet article ne va peut-être pas plaire à tout le monde, mais nous refusons de couvrir les dérives de certains imams sous prétexte que cela nuirait à l'image de l'ensemble de ces derniers, et permettre alors que les dérives continuent et que des musulmans se fassent piéger par des imams malhonnêtes. 

Le Hajj aujourd'hui est une affaire de commerce, ça fait mal de l'écrire, mais c'est un fait et il faut pour l'instant vivre avec. L'Arabie Saoudite, pays hôte des pèlerinages, a décidé de confier l'organisation du Hajj et de la Omra à des commerçants, à savoir des agents de voyages. 

Depuis l'hôtelier qui accueille le pèlerin à la Mecque, jusqu'à l'agent de voyage qui organise le départ depuis le pays d'origine, tous les maillons de la chaîne ne sont que des commerçants. Ceux qui nous intéressent pour notre propos ici, ce sont les agents locaux de voyages. Aucun, nous disons bien aucun des agents de voyages agréés, n'organise le pèlerinage sans but lucratif. Ils seraient de toute façon en défaut par rapport à la loi belge s'ils s'aventuraient à le faire au travers d'une asbl. 

Une fois ce constat établi, une question mérite d'être posée. Pourquoi, si ce sont des commerçants qui sont à la manoeuvre de l'organisation du Hajj du début à la fin, des imams, des mosquées, se mettent-ils à collaborer parfois de manière très étroites avec ces agences de voyages, comme s'ils s'agissaient d'une simple collaboration à visée religieuse ou d'un acte de charité envers les pèlerins ?

En d'autres termes, quelle est la nature de la collaboration entre ces imams et les agences de voyages ? Si elle est commerciale, cela ne mériterait-il pas d'être clairement établi auprès des pèlerins ? Qu'ils sachent que la publicité faite par l'imam en faveur d'une agence de voyage en particulier n'est pas un acte de charité mais est avant tout, un acte commercial de vente, du marketing ?

Vous l'aurez compris, si nous écrivons cet article, c'est bien parce que nous avons constaté que trop souvent, des imams, dont certains jouissent d'une bonne réputation, ont une manière de présenter les choses qui laissent franchement à désirer.

En effet, les agences de voyages savent que leur clientèle se trouve principalement dans les mosquées. Qui donc de mieux placer que l'imam pour influencer le choix des pèlerins quant à l'agence de voyage à contacter pour le pèlerinage ? D'autant plus que souvent, les candidats au pèlerinage, ne sachant pas trop comment s'y prendre pour l'effectuer, vont naturellement se renseigner auprès de leur imam pour obtenir des conseils. Pour peu que l'imam ait un contrat tacite avec une agence de voyage, ce candidat au pèlerinage sera désormais un simple "client" potentiel. Pourquoi l'imam l'enverrait vers un concurrent, alors qu'il constitue une garantie pour lui de partir faire son hajj ou sa omra gratuitement, voire plus, obtenir en prime une rémunération !

En clair, certaines agences de voyages proposent à des imams de servir de rabatteur, rapporter un maximum de clients. En échange, l'imam se voit attribuer un ticket gratuit pour le pèlerinage pour lui, éventuellement pour son épouse aussi, voire d'obtenir d'autres avantages en plus s'il sert de guide sur place. Une aubaine pour l'imam ! Gardons en tête que le Hajj cette année tourne aux alentours de 4500/5800 euros selon le type de chambre pour un hôtel aux alentours de la Mosquée. Vous imaginez donc combien il peut-être tentant pour un être humain (donc un imam) de passer à côté d'une aussi belle opportunité. Le travail est très facile. Il suffit de faire une ou deux khotba (discours) le vendredi sur les mérites du Hajj (ne riez pas, nous l'avons vu de nos yeux !) juste à la période ou l'agence en question commence ses inscriptions, accueillir les questions des candidats avec un air de bienveillance, un regard qui annonce "fais moi confiance, je suis ton imam, je vais m'occuper de toi" et récolter les inscriptions.

Le drame, c'est que l'imam joue de son autorité et de son influence pour faire de la publicité pour une agence au détriment d'une autre, non pas en fonction de l'intérêt des pèlerins, mais en fonction de ses intérêts personnels. Et le pire, c'est que si un litige venait à naître entre un pèlerin mécontent et l'agence, il peut une fois de plus jouer de son influence et son autorité pour calmer les ardeurs du pèlerin, en lui rappelant gentiment qu'en islam "il faut savoir pardonner" !

Récemment, une mosquée de renom, au travers de son imam lui aussi de bonne réputation, a organisé une omra avec une agence de voyage qui a scandaleusement manqué à ses obligations vis-à-vis de ses clients/pèlerins. Une victime a eu "la mauvaise idée" de se plaindre auprès de l'agence et le menacer de porter l'affaire en justice s'il ne réparait pas ses erreurs. Comme on pouvait le craindre, l'imam est intervenu, alors que le voyage était terminé, il n'était en principe plus concerné par cette affaire, son rôle se confinant à prendre les inscriptions et guider les pèlerins sur place, la bonne tenue de l'organisation n'est que de la responsabilité de l'agence de voyage. Il a donc usé de tout de son énergie pour retrouver cette personne, la contacter, et la sermonner en lui rappelant qu'en islam "il faut savoir pardonner" et que... (ce n’est pas une blague) "de toute façon, toutes les agences agissent comme ça" (un très curieux principe islamique qu'il a sorti de son chapeau pour l'occasion). Malheureusement pour lui, la victime n'est pas née de la dernière pluie, elle lui a rappelé à son tour les principes islamiques de justice, de solidarité envers les futurs pèlerins qui risqueront à leur tour de se faire arnaquer, de responsabilité, de amr bil mar'ouf, etc. Subjugué, l'imam a fini par féliciter cette victime pour ses connaissances et son engagement. Une calamité, autant dire qu’il aurait mieux fait de se taire ! Car en la félicitant, il lui a en quelque sorte signifié "bravo, j'ai essayé de te tromper mais tu connais trop bien ta religion pour ça, tu as échappé à ma ruse !"

Quel est intérêt d'écrire cet article sur internet ? Pourquoi ne pas se contenter d'en parler aux imams ? Pour deux raisons : 

- Nous n'avons aucun pouvoir de contrainte sur les imams, nous travaillons en ce sens, mais nous n'aurons jamais le pouvoir de tous les convaincre qu'ils font du tort à la communauté. 

- Partant de ce constat, il faut que vous, les pèlerins et proches de pèlerins, mettiez en garde toutes vos connaissances, qu'ils ne fassent aucune confiance aux imams sur ce sujet là, à moins que ceux-ci ne soient experts en marché du Hajj, capables de différencier les agences agréées de celles qui ne le sont pas, de faire une analyse des prix du marché pour savoir quelle agence propose des services de qualité à un prix plus intéressant que ses concurrents, etc. Si ses arguments ne sont pas de cet ordre là, il faudra alors se méfier de ses conseils.

Enfin, nous tenons à souligner que tous les imams de Belgique ne participent pas à ce business, seuls certains d'entre eux sont concernés. Il existe heureusement encore des imams, que l'on espère nombreux, qui se soucient du bien être des musulmans avant du leur. Un imam fraîchement arrivé en Belgique a été sollicité par une agence pour "collaborer". Il a eu la sagacité d'esprit de ne pas tout de suite accepter la proposition malgré les alléchantes rémunérations. Il a demandé conseil à plusieurs personnes, dont un membre de notre association, et a finalement décliné l'offre, préférant préserver sa réputation et son honneur et ne pas prendre le risque de se compromettre en se liant à des commerçants qui n'ont pas pour unique objectif de servir les hôtes de Dieu.